mercredi 23 décembre 2009

Nos meilleurs voeux!

Hola amigoAs!

Eh bien, nous nous la coulons douce encore une fois... Sámara nous permet de prendre ça cool en très bonne compagnie.

Ce message est simple mais voici nos bons souhaits pour Noël et le Nouvel An. Je me suis amusé à faire un sapin de noël un peu étrange mais qui se fond dans la nature.

video

Toutes nos salutations et on vous embrasse!

Rejuan y familia
xxx

lundi 21 décembre 2009

Joyeux Noël



La Reserve nacional de Monterverde est une cloud forest, littéralement une forêt dans les nuages. Nous sommes en altitude, à la hauteur des nuages avec une humidité de 100%. Il fait frais et il y a presque toujours une petite bruine…ou carrément de la pluie ! et donc une végétation luxuriante et une faune abondante (coatis, singes, toucans, quetzales…)

Nous avons débuté par visite du jardin de Mariposas. On nous a initiés au cycle de vie des papillons, de pleins de papillons, mais aussi de différents insectes de cette partie du globe avec leurs particularités de camouflage, d’alimentation ou de reproduction. Dans les serres, ça voletait tout autour de nous. On a même appris comment prendre un papillon sans le blesser ! Même le fameux morpho bleu ! Pensez vous que les filles ont aimé ça ?

Le lendemain, nous avons parcouru le sentier de la Cascade juste en face de chez Charly. Riches de nos apprentissages de la veille, nous étions à la recherche des insectes bâtons, des milles pattes, etc. Nous avons croisé des papillons morpho bleus, des transparents et bien d’autres. Eve a aussi découvert avec son œil de lynx une petite rana vidrio (grenouille de vitre).





Puis nous avons choisi une autre randonnée qui comporte plusieurs ponts suspendus. Cela donne l’avantage d’observer ce qui se passe à la cime des arbres de cette dense forêt. Ici, un arbre mature peut abriter jusqu’à 200 espèces d’autres végétaux ! La plupart de vos plantes de maison poussent ici en version sauvage et géante !



Puis on a mis le cap sur le volcan Arenal en faisant le tour du lac du même nom. Vraiment un beau paysage, mais quelle route ! De Santa Elena à Tilaran, il faut presque 2 heures pour parcourir 40 km de route de terre (ou plutôt de bouette) ! Ensuite vient l’asphalte (vive le progrès!) avec 2 heures de courbes ! Quand on réussi à détacher le regard de la route, le décor est très joli !



Et nous voilà à La Fortuna, au pied du célèbre volcan, il pleut à boire debout…depuis 3 jours. Verrons-nous le fameux sommet cracheur de feu ?????????? en attendant on se divertit en regardant les coatis complètement détrempés, en s’entrainant au canopy. Et comme il faut bien se laver, on s’est arrêtés dans une rivière gracieusement chauffée par le volcan Arenal.



Une petite méditation porte toujours ses fruits…



Qu’avons-nous aperçu à la sortie du bain ?



Eh oui ! Notre bonne étoile est toujours là !



De là, on se demandait où on allait, quoi faire pour noël ? C’est alors qu’on a reçu un message de nos amis allemands Carina et Oliver (rencontrés au Mexique et au Guatemala) nous proposant une rencontre à Sámara. Como no ! Vamos !

Du camping de Sámara, on vous souhaite à tous à très joyeux temps des fêtes ! Alegria, paz y prosperidad ! Voici des vœux de chacun de nous. Vous pouvez vous amusez à trouver qui a dit quoi !

1. Prenez le temps d’aimer ceux que vous aimez et de regarder la beauté du monde.
2. Nous allons tous bien. Que tout aille bien pour vous aussi ! Joyeux Noël et bonne Année grand nez!
3. Je vous souhaite beaucoup de calme.
4. Un bon noël à vous tous et au père Noël aussi avec ses lutins.

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos vœux sur ce blog ou par courriel yo.dro@hotmail.com. Nous n’avons pas internet au Camping, mais nous irons au café internet régulièrement.

Comme dirait mon amie Marjo : « MMMMMMMMMMMMMMMMouan ! gros bisou de nous 4

En attendant, Voici un aperçu du yoga à Samara...

4 video

lundi 14 décembre 2009

De la mécanique à la nature du Costa Rica

Finalement la réparation de l’auto aura été plus simple que prévu. Le mécanicien nous a assuré qu’il avait déjà vu ça. Nous avons suivi son conseil et l’avons laissé installer 2 refroidisseurs et déconnecter le radiateur… La suite du voyage se chargera de nous dire si son diagnostic était le bon. Comme dirait notre ami Pablo, « voyager, c’est aussi beaucoup faire confiance».

De San Ramon, nous sommes retournés sur la côte ouest pour aller visiter la Parc Manuel Antonio. Outre le fait de pouvoir avancer dans une jungle, les sentiers nous permis d’observer la végétation et quelques animaux, au plus grand plaisir des filles…et du nôtre !




Comme l’aguti qui grignotait une noix, ou les singes capucins qui fouillaient les sacs des touristes laissées sur la plage à la recherche de denrées comestibles, ou ce paresseux qui remontait sur une branche len-te-ment , sûrement pour faire un somme !



Après cette randonnée, dans une chaleur moite, aucun centimètre carré de nos corps n’étaient épargné par la sueur. La baignade dans la petite baie du parc fut donc délicieusement bienvenue.

Pour se détendre encore un peu plus, nous nous sommes rendu à Dominical où nous nous sommes prélassés 2 jours avec piscine, tv et air climatisé. De là, nous avons décidé de remonter lentement vers le nord tout en visitant des lieux nouveaux.



Nous avons décidés de passer le test de la montée extrême et avons mis le cap à nouveau sur la Réserve biologique de Monteverde. Le mécanicien devait avoir raison, notre véhicule, et son chauffeur ! nous ont amenés à destination.

Comme nous cherchions le camping Charly, nous avons demandé à quelqu’un sur le bord de la route. « Soy Charly. Mi casa esta aya. Vengan, les voy a enseñar.» Le manque d’affiche est largement compensé par l’accueil super sympathique. Une petite cabane sur le bord de la rivière en cascade. Sous le prolongement du toit de tôle, son atelier. Charly est un artiste qui récupère le métal et transforme les « déchets » en œuvres d’art. C'est dans sa cour que nous camperons.

Tous les détails dans le prochain message !

lundi 7 décembre 2009

du snorkeling à la mécanique

Finalement, nous aurons passé 10 jours à Samara ! Nos amis nous ont initiés au snorkeling, observation de la vie aquatique avec masque, tuba et palmes. On a trippé là-dessus. Déjà se baigner dans la mer est plaisant, mais découvrir l’abondante vie qui se cache sous la surface est fascinante et ouvre une toute autre dimension. Ce sera notre prochain achat : équipement pour toute la famille !

Voici nos initiateurs : Ana et Pablo qui en plus d’observer ont ramené une partie du souper. Ce sont eux qui font le tour du monde en 10 ans dans une camionnette. Ils sont à l’année 9 ½ ! Voici leur blog : 4x4x4continentes.com



Et puis Zulema, une argentaine, la soixantaine bien sonnée, qui parcours l’Amérique centrale dans son 4x4 en compagnie de son chien.



Le plein d’amitié et de bonnes bouffes autour du feu étant fait, nous reprenons la route pour aller découvrir les cloud forests du parc Monterverde et le volcan Arenal avec ses sources chaudes. Mais à quelques dizaines de la cible, notre véhicule proteste et réclame qu’on s’occupe de lui. Comme nous sommes dans un petit village, et qu’ils n’ont les équipements nécessaires, le mécanicien nous suggère de se rendre à la ville la plus proche, San Ramon. Tant que la route ne grimpe pas trop, notre véhicule devrait accepter de rouler. Comme c’est un dimanche, rien ne presse car tous les garages sont fermés.

Nous faisons donc un détour pour voir la ville de Puntarenas. Une petite ville toute en longueur bordée d’un côté par une rivière et de l’autre par la mer. Et tout au long de ce côté, s’étire une plage qui attire pas mal flâneurs ticos (costa ricains) ou étrangers. La route longe la plage et cette dernière est garnie d’un chapelet de petits hôtels, restaurants et boutiques de souvenirs. Nous y dénichons un délicieux café expresso. Après le charme simple et naturel de Samara, Puntarenas ne nous retiens guère.

Finalement, notre véhicule est d’avis que la route grimpe un peu pour arriver à San Ramon … mais nous y arrivons sans problème ! Ici, aucun touriste, pas beaucoup d’attraits non plus. C’est le vrai Costa Rica, la vie ordinaire, avec un atout qui nous séduit : la température extérieure. Il ne fait que 26 degrés ! Ça fait du bien !